Quand Luc Chatel parle de la semaine de quatre jours...

Publié le par Stéphane Guinot

Dans une interview donnée sur Europe 1 le 18 septembre 2009, Luc Chatel revient sur la semaine de quatre jours. Selon le ministre de l'Education nationale "ce sont les conseils d'école qui décident s'ils souhaitent organiser la semaine sur quatre jours ou sur quatre jours et demi". Le ministre fait donc clairement comprendre qu'il est possible de faire classe le mercredi matin.

Dans la réalité, les choses sont plus complexes que cela. Pour faire classe le mercredi matin, il ne suffit pas de le décider en conseil d'école, il faut également l'avis de la commune.(cf CIRCULAIRE N°2008-082 du 5-6-2008 : "sur proposition du conseil d’école transmis par l’IEN et après avis de la commune, l’inspecteur d’académie-DSDEN peut modifier la répartition des 24 heures d’enseignement obligatoire dans la semaine, en les répartissant sur neuf demi-journées du lundi au vendredi"). Dans la réalité, cette répartition du temps scolaire sur neuf demi-journées dans la semaine est très compliquée car elle pose des problèmes d'organisation. En effet, pour pouvoir ouvrir les écoles le mercredi matin, les communes doivent mettre en place des transports scolaires et un accueil périscolaire. Ceci est donc difficilement envisageable dans de nombreuses communes.

Dans la même circulaire, on peut lire : "L’inspecteur d’académie-DSDEN veille à l’harmonisation des projets d’aménagement du temps scolaire entre les écoles maternelles et élémentaires relevant du même périmètre scolaire et à leur homogénéité entre écoles soumises aux mêmes contraintes pour un territoire donné. Ce territoire peut être plus restreint que la commune pour les grandes villes et plus large pour le milieu rural.
Il tient compte des contraintes inhérentes à l’organisation des transports scolaires. Il mène la concertation, à son niveau, avec les responsables d’activités à caractère culturel, sportif, social et les autorités responsables de l’instruction religieuse".
Pour simplifier, le premier paragraphe signifie que si une école demande, après réunion du conseil d'école, d'ouvrir ses portes le mercredi matin mais que les écoles du même "territoire" ne le veulent pas, il sera implossible pour l'école qui le désire de répartir la semaine de classe sur neuf demi-journées. Ce ne sont donc pas uniquement les conseils d'école qui décident pour chaque école et il existe bel et bien de multiples contraintes à la mise en place de l'école le mercredi matin.

En théorie, donc, toutes les écoles peuvent ouvrir leurs portes le mercredi matin, mais en pratique seuls 3,6 % des écoliers ont une semaine scolaire répartie sur neuf demi-journées. Luc Chatel explique que si "95% des écoles ont décidé d'adopter la semaine de quatre jours, c'est parce que localement, il y a des consensus, il y a des volontés d'aller dans ce sens.", ce qui nous l'avons vu, n'est pas tout à fait vrai.

De toute façon, cela ne change rien au problème de la semaine de quatre jours à l'école, car le temps d'enseignement a bien été réduit de deux heures chaque semaine en primaire passant ainsi de 26 heures à 24 heures (auxquelles il convient d'ajouter  deux heures pour les élèves en difficulté). Que la semaine s'étale sur quatre jours ou quatre jours et demi, deux heures d'enseignement pour tous les élèves ont été supprimées. Pourtant, le Luc Chatel n'hésite pas à déclarer : "Pour 80% des élèves, il n'y a pas de changement dans l'organisation de la semaine et le programme n'est pas plus chargé qu'avant". Ah bon ? La suppression du samedi matin d'école ne serait donc valable que pour 20% des élèves ? De même, les nouveaux programmes 2008, plus lourds et plus complexes au niveau de l'apprentissage de certaines notions, ne s'appliqueraient eux aussi qu'à 20% des élèves ? Soyez sérieux, Monsieur le ministre, et arrêtez de nous amuser, vous n'êtes pas là pour ça ! Arrêtez également de désinformer systématiquement l'opinion publique en tenant à la radio des propos inexacts ! Cela est absolument inacceptable.

Le ministre continue en expliquant que "si les parents plébiscitent la suppression de l'école le samedi matin, c'est parce qu'ils considèrent que c'est une bonne chose pour assurer un enseignement de qualité aux élèves". Peut-être considèrent-ils cela, mais si c'est le cas, ils se trompent. De nombreux spécialistes des rythmes scolaires ont en effet démontré que la coupure de deux jours le week-end nuit à la concentration et à l'attention des élèves le reste de la semaine, et donc à leurs apprentissages. (cf Rythmes de vie et rythmes scolaires, Aspects chronobiologiques et chronopsychologiques, François TESTU, Masson).

Stéphane Guinot

Commenter cet article

coqilico 21/09/2009 09:51

Pour avoir VECU les 2 rythmes, l'un n'était pas plus fatiguant que l'autre. Et il ne faut pas oublié que l'être humain à une très grande adaptabilité à son environnement. Donc aux horaires, et autres choses de la vies.
Au final est-il plus contre-nature la semaine à 4 jours que les 3 huit ?
Après les enfants qui savent pas lire, est-ce du au heure de travail en moins ou à une mauvaise adaptation des l'enseignant ?
Parce que franchement, venant de zep, je suis la seule à être sortie de l'école avec des problèmes de lecture, et une semaine à 4 jours. Ce qui été déjà il y a 15 ans, dans la moyenne faible.

Alors oui les premières années, va falloir s'adapter. Mais bon, ce rythme existait bien avant la loi Chatel, et à peine décrier. Et les enseignants qui travaillent depuis des années sur des semaines à 4 jours, ne peuvent même pas s'imaginer sur des semaines à 9 demi-journée. Pourquoi parce qu'ils auront trop d'heure de cours.
Dans tout les cas il faut un temps d'adaptation, et de la bonne volonté. Mais perso, quand j'entends les interviews, j'ai l'impression que celle-ci manque.

Et encore une fois, avec 4 jours de classe, j'ai appris bien plus de chose en primaire que mes camarades à 5 jours.
Au passage, ce n'était pas partout en France le samedi. Dans certaine ville c'était le mercredi.

En parlant des abbérations éducatives, 3 jours par semaine sans lecture c'est trop, très bien et 2 mois par ans c'est pas trop ?
Et oui la loi des vacances d'été, a été très peu apprécié à l'époque par les profs et les parents des familles aisés. Et pourtant aujourd'hui c'est considérer comme un fait et personne ne reviendra en arrière. 2 mois consécutifs sans lecture ni apprentissage aucun pour de nombreux enfants. C'est peut-être plus à réformer que la semaine...
Oui il y a besoin de vacance. Avec l'hiver, le moral est souvent dans les chaussettes, une très grande partie des enfants manquent les cours car malade, fatigué... Alors pourquoi ne pas faire 1 mois en janvier et un mois en aout ?? Ce serait bien mieux pour le rythme de l'enfant non ? Mais pour celui du parent, pas sure !!

Stéphane Guinot 21/09/2009 20:42



Vous semblez aimer l'argument ultime du "pour avoir vécu", qui cependant reste très peu convaincant pour les très nombreux qui ont vécu le contraire. Il faut arrêter de
généraliser son propre vécu ! Ce n'est pas parce que j'ai mangé une tarte au citron à midi que tout le monde à fait pareil. De plus, le "pour avoir véu" est souvent utilisé pour masquer un manque
d'argument quant à un sujet donné. J'ai bien entendu basé mon article sur des convictions personnelles. Mais pas seulement. Je l'ai aussi écrit suite aux témoignages de
plusieurs dizaines de collègues qui ont précisément vécu l'inverse de ce que vous avez vécu. Je l'ai écrit suite aux témoignages de parents d'élèves qui me disent que,
depuis la mise en place de la semaine de quatre jours, leur enfant est fatigué en rentrant de l'école. Je l'ai écrit après m'être documenté sur les rythmes des enfants. François
Testu a démontré à plusieurs reprises que la semaine de quatre jours nuit aux apprentissages. Pour cela, il se base sur des tests de concentration et d'attention qui prouvent ses dires.
J'ai écrit cet article après la publication d'une note de synthèse de l'Inspection Générale de l'Education Nationale qui dit que "Les conséquences du resserrement du temps scolaire se
font sentir sur la fatigue des élèves et des enseignants. Enfin, et surtout,[elles se font sentir] sur le temps consacré aux enseignements : au terme de l’année scolaire, il se confirme que, de
l’avis général des enseignants, le temps manque pour faire tout le programme d’enseignement, ce qui était d’ailleurs prévisible. L’année scolaire n’est plus que de 144 jours théoriques (quatre
jours pendant 36 semaines), et 140 jours en fait, alors que la moyenne européenne est de 185 jours (Regards sur l’éducation - OCDE 2008)". Dans votre commentaire, vous posez la question
"Au final, [la semaine de quatre jours est-elle] plus contre-nature la semaine à 4 jours que les 3 huit ?". Comment osez-vous comparer les rythmes scolaires à un rythme de travail réservé
aux travailleurs de l'industrie ? L'école serait-elle devenue elle aussi une usine. Peut-on raisonnablement dire "les adultes supportent bien les trois huit, les enfants peuvent bien
supporter la semaine de quatre jours" ? Quant aux témoignages d'enseignants travaillant en ZEP, vous répondez "Après les enfants qui savent pas lire, est-ce du au heure de travail en moins ou à
une mauvaise adaptation des l'enseignant ?". Peut-être avez-vous raison, peut-être pas (j'opterais plus facilement pour la deuxième solution). En tout état de cause, ce n'est pas à moi de juger
le travail des enseignants. Mais je ne vois pas comment les enseignants enseigneraient moins bien et seraient moins compétents suite au passage de 9 demi-journées à 8 demi-journées
d'enseignement. Ce ne sont pas les compétences des enseignants qui sont en jeu, c'est bien la capacité des élèves à se concentrer et à rester attentifs.


Vous ajoutez : "Mais bon, ce rythme existait bien avant la loi Chatel, et à peine décrier". A peine décrié ???? La semaine de quatre jours a toujours été décriée (rapports IGEN
2002, 2009). De mémoire, je me souviens que la question faisait déjà débat dans les années 80-90.


Vous parlez enfin des vacances d'été qui sont trop longues. Sur ce point, je suis tout à fait d'accord avec vous. D'ailleurs, François Testu préconise un rythme de 7 semaines
travaillées pour 2 semaines de repos tout au long de l'année. Vous pensez qu'il est préférable de revoir l'organisation du temps scolaire sur l'année plutôt que sur la semaine. Je pense que l'un
ne vas pas sans l'autre. Revoir l'organisation sur la semaine et sur la journée est une nécessité (pour alléger les journées de classes) qui ne peut se faire sans revoir l'organisation
sur toute l'année scolaire.


Stéphane Guinot



coqilico 20/09/2009 21:50

Salut,

La semaine à 4 jours, c'est maintenant partout en France, mais bon dans certaine académie ça fait presque 20 ans que ça existe, et les élèves de ses académie sont ni plus fatigué ni plus idiot que les autre.

Et pour avoir parler avec des personne d'académie ou la semaine était à 9 demi journée, j'ai fait en primaire plus de chose qu'eux avec mes 4 jours.
J'ai connu les 2 rythmes et j'étais pas plus fatigué avec l'un qu'avec l'autre.

Et de toute façon on trouvera toujours des spécialiste pour dire que le rythme n'est pas bon. Autant sur la semaine à 4 jour, celle à 9 demi journée, les journées d'écoles allemandes...
Donc à partir de là, rien n'ira jamais, car pas adapter au rithme de l'enfant, puis le travail n'est pas forcément adapter au rythme des adultes et on fait très bien avec.

Stéphane Guinot 20/09/2009 23:13


Les programmes étaient difficilement bouclables avec 9 demi-journées. En 2008, les programmes ont été alourdis et on a supprimé une demi-journée de classe pour tous... Il y a quand même un
problème... Quand je parle des spécialistes des rythmes scolaires, je parle de François TESTU et d'Hubert MONTAGNE qui ont quand même une certaine crédibilité dans de domaine. J'ai également
discuté avec des enseignants de ZEP qui ont évalué les élèves en lecture en début d'année. L'un d'eux me disait que là où un élève était en difficulté à la rentrée 2008, il y en a 10 en difficulté
à la rentrée 2009. D'après cet enseignant, la semaine de quatre jours n'y est pas pour rien. Car pour des apprentis lecteurs, ne pas lire 3 jours par semaine est problématique. Ceci est surtout
vrai dans les zones sensibles où les enfants n'ont qu'un accès très limité aux activités culturelles.

Vous dites que la semaine de quatre jours n'est pas fatiguante pour les élèves ni néfaste pour les apprentissages. Pourtant, en 2002, l'Inspection Générale de l'Education Nationale (IGEN)
publiait un rapport plutôt défavorable ce type d'organisation. (réf. http://media.education.gouv.fr/file/05/3/6053.pdf )

En 2009, un nouveau rapport de l'IGEN très critique vis à vis de cette semaine de quatre jours est encore sorti ! (réf. http://media.education.gouv.fr/file/2009/16/8/reforme-enseignement-primaire_118168.pdf ).

Ces rapports ont été rédigés par des inspecteurs. Le fait que la semaine de 4 jours soit néfaste pour les apprentissages est de notoriété publique. Il est donc étonnant que certaines personnes
continuent à le nier.

Il ne faut pas se leurrer la suppression du samedi matin de classe est une mesure purement électoraliste car cette nouvelle organisation arrange beaucoup de parents et d'enseignants, au détriment
des élèves...

Stéphane.